Impôts: Comment ne pas se faire avoir!

Dans mon dernier billet, je parlais du sentiment de se faire avoir qu’on a souvent en lien avec nos déclarations d’impôts. Aujourd’hui, je vous donne des conseils pour affronter ce sentiment désagréable et avoir confiance : comment ne pas se faire avoir?

Si vous faites vos impôts vous-même :

Sortez votre côté tronche! Assurez-vous d’avoir les connaissances pour les situations qui vous concernent. Par exemple, si vous avez des frais de garde à réclamer (en particulier s’il s’agit d’une place à contribution réduite avec paiement de la contribution supplémentaire dans votre déclaration)… Lisez sur les sites des gouvernements, dans des journaux grand public ou plus orientés économie et finances…  Et bien sûr, consultez ma section Ressources et mes articles!

Utilisez un logiciel pour éviter des erreurs de calcul et faciliter l’optimisation de plusieurs crédits.

Ne transmettez pas trop tôt. Attendez au moins la mi-mars pour transmettre, pour profiter de mises à jour du logiciel (autrement dit, laissez les autres découvrir les bogues à leurs dépens…). Mettez à jour le logiciel juste avant de transmettre.

Si vous êtes en couple ou si vous avez une famille, préparez vos déclarations en tant que famille dans le logiciel pour payer le moins possible ou maximiser votre remboursement. Se transférer des crédits entre conjoints ou d’un étudiant à ses parents, oui ça se fait à la main ou en utilisant séparément le logiciel, mais c’est fastidieux et ça augmente le risque d’erreur.

Re-sortez votre côté tronche! Côté mathématique cette fois! Révisez les rapports produits par les logiciels avant de les transmettre et vérifiez-en les chiffres : est-ce que ça correspond aux montants de vos feuillets (T4 et autres)?

Si vous n’êtes pas à l’aise avec une ou plusieurs de ces recommandations, il vaut peut-être mieux confier vos déclarations à des personnes qualifiées.  Contactez-moi pour un rendez-vous!
Avant de choisir un préparateur

Je vous conseille de vous renseigner à son sujet :

Vérifiez s’il a de la formation. S’il s’agit d’un comptable (CPA), ça va de soi; sinon, posez des questions!

Demandez un contrat écrit. S’il n’en fait pas, ça montre un manque de sérieux (voir mon billet sur les préparateurs qui s’improvisent).

Demandez qui pourra avoir accès à vos informations et comment votre préparateur protège votre confidentialité.

Demandez en partant le prix final, avec tous les frais (comme des frais de transmission électronique; je considère que ça devrait toujours être inclus dans le prix, mais certains préfèrent afficher un prix plus bas et ajouter des frais, pratique répandue dans plusieurs industries, malheureusement!) et les taxes. Pour les déclarations facturées selon le temps de travail (fréquent avec des déclarations de travail autonome, de revenus de location et plusieurs autres situations), vérifiez quel sera le tarif horaire.

Demandez le délai pour que vos déclarations soient prêtes; vous ne voulez pas dépasser les dates limites!

Enfin, posez des questions sur votre situation, sur les déductions que vous connaissez, sur des frais pour lesquels vous vous demandez s’ils sont déductibles ou non. Regardez votre déclaration terminée avant de signer les formulaires qui autorisent votre préparateur à transmettre aux gouvernements. Est-ce que le revenu total indiqué ressemble à ce que vous attendiez? Est-ce que le remboursement ou le solde à payer est différent des autres années? Demandez des explications si ce n’est pas le cas.

Un préparateur devrait toujours être capable de vous expliquer les résultats et ne devrait pas vous reprocher de poser des questions. Ce sont VOS déclarations!

Évidemment, je respecte tout ce que je préconise ici.  La transparence et le respect de mes clients sont intrinsèques à ma façon de travailler.
Voulez-vous travailler avec moi? Contactez-moi!

Avez-vous d’autres conseils à rajouter?  

Impôts : As-tu l’impression de te faire avoir? TROIS fois?

Je ne tutoie pas mes clients. Ce billet est une exception: je te (vous?) parle en amie.

Et ça fait bizarre. Je vouvoie tous mes clients, même les jeunes de 18 ans. Je me demande s’ils sont morts de rire en-dedans comme moi je l’étais les rares fois où quelqu’un m’a vouvoyée à cet âge-là… Mais c’est une habitude et une question de respect. Je respecte tous mes clients également, peu importe leur âge, leur revenu ou les situations qu’ils vivent—parce que quand on travaille sur les impôts de quelqu’un, on en sait beaucoup sur sa vie.

Mais revenons à mon sujet:

Jadis, j’haïssais les rapports d’impôts, comme tout le monde.
Impôts = incertitude et sentiments désagréables

Je me rappelle il y a plusieurs années, quand je n’aimais pas préparer mes impôts. Je l’ai toujours fait moi-même, sauf une année quand j’étais étudiante où je n’avais pas de revenu et ça ne me tentais pas de perdre 2h juste pour récolter mon crédit de TPS de 20$ à l’époque. (Ma mère me l’avait fait et je lui avais donné les 20$.)

Chaque année, c’était la même chose. Est-ce que j’ai bien compris? Pourquoi c’est pas pareil pour les deux gouvernements, ça me mêle encore plus!

Avec les logiciels: plus simple mais presque autant de doutes

Quand un collègue m’a proposé pour la première fois d’utiliser un logiciel (c’était en 2002, pour mes impôts 2001), j’ai hésité en me demandant si ça allait ajouter encore de la complexité et des trucs à apprendre. La réponse fut NON, mais j’avais souvent des doutes quand même: est-ce que j’ai oublié quelque chose? Est-ce que j’ai mal calculé un chiffre?

La « police de l’impôt » (genre)

Et puis une fois, le gouvernement m’a écrit pour me demander de fournir mon feuillet au sujet de mes études, sans quoi ils refuseraient mon crédit et je leur devrais de l’argent. Le ton de la lettre me faisait sentir comme une criminelle et me donnait juste envie de me cacher. Faxer un petit papier devenait une action super intimidante! Et les gouvernements qui sont encore forts sur les fax, cet outil des années 1990, ça ne nous aide pas à nous sentir en confiance…

Le soutien téléphonique des impôts (ou son absence!)

Si, en plus, vous avez déjà essayé de téléphoner pour éclaircir une directive pas claire, oh boy. (Bon, le « vous » m’est revenu! Chassez le naturel…)

(Avertissement de passage technique, sautez ce paragraphe si vous voulez!) Avant de suivre ma formation en impôts, je rushais chaque année avec les cotisations professionnelles. Ce sont les montants que les infirmières, les ingénieurs et tous les professionnels qui ont un ordre doivent payer pour avoir le droit de pratiquer et/ou d’avoir le titre de leur profession (exemple : on ne peut pas se prétendre architecte ou psychologue sans être membre des ordres en question) et ces montants sont déductibles d’impôt, mais chaque gouvernement a ses propres directives : inclure les taxes dans le montant à déduire ou non? Où va l’assurance responsabilité là-dedans? (Fin du passage technique.)

J’ai appelé plusieurs fois aux gouvernements pour avoir des informations. Chaque fois, je donnais les chiffres figurant sur les reçus et je posais une question précise.  Par exemple: « Quel montant dois-je écrire à la ligne 212? » Hé bien, j’obtenais un montant différent chaque fois que je parlais à une personne différente! D’ailleurs, en 2017, la vérificatrice générale du Canada a confirmé que le service à la clientèle à Revenu Canada laissait à désirer. Tout pour miner notre confiance déjà faible…

Bref, j’avais l’impression de me faire avoir par le langage compliqué et intimidant de tout ce qui touche aux impôts. Une fois au fédéral. Une autre fois au provincial.
Je ne voulais pas me faire avoir une troisième fois!

Je me suis parfois demandé si j’allais faire préparer mes impôts par quelqu’un d’autre, surtout quand ma situation a évolué en devenant un couple, puis avec les enfants et les frais de garde… Je n’ai jamais osé. J’avais trop peur de me faire avoir une troisième fois. On connaît tous quelqu’un qui a fait préparer ses impôts et qui a ensuite eu des problèmes avec les gouvernements parce que des erreurs avaient été faites. Il y a des préparateurs qui manquent de formation et il y en a d’autres qui, malgré leur formation imposante, ne posent pas assez de questions à leurs clients pour produire une déclaration fidèle à leur situation…

Donc, j’avais peur de me faire avoir aussi si je faisais préparer mes déclarations par quelqu’un d’autre (sauf ma mère). Et de me faire avoir par leur tarif!

Les grosses entreprises demandent facilement 85-100$, ou encore plus, et taxes en sus, pour des déclarations de base. C’est beaucoup!*  À l’opposé, les tarifs ridiculement bas ne m’inspiraient pas plus confiance. Quand je parlais ci-dessus de préparateurs qui manquent de formation… Ou qui travaillent au noir, peut-être?

Ce que j’en retire: mon approche client!

Donc, j’ai longtemps vécu ce sentiment d’insécurité quand venait le temps des impôts.  Je vous comprends.  Et c’est d’autant plus important pour moi de tisser un lien de confiance avec chaque client.  Je suis là pour vous!  Je réponds à vos questions.  Je m’assure que tout est clair.  Pas de doutes.  Pas de stress d’en avoir manqué un bout…

Quels sentiments vivez-vous quand vient le temps des impôts? Avez-vous déjà eu l’impression de vous faire avoir en série avec vos impôts? Quelle a été votre pire expérience?

Voulez-vous qu’enfin, ça se passe bien cette année?
Je prends encore des nouveaux clients, contactez-moi!
Je vous reviens dans un prochain billet avec mes conseils pour ne PAS vous faire avoir!

*  Le prix: c’est une des raisons pour lesquelles j’ai voulu me lancer à mon compte. Offrir la même qualité de service que quand je travaillais dans la grosse boîte, mais à bien meilleur prix pour le client. En 2019, je demande 65$ pour des déclarations de base (pas de travail autonome), sans taxe** : vous n’avez pas à payer pour des annonces à la télévision ou pour un loyer commercial à l’année longue…

**Sans taxe et en toute légalité (pas au noir!), car je suis ce que les gouvernements appellent un « petit fournisseur ».

Vous posez beaucoup de questions? Ou pas? Vous êtes mes clients préférés!

Mon travail de préparatrice d’impôts compte deux parties très différentes : le contact avec les clients et la préparation de leurs déclarations. Au moment de préparer les déclarations, j’ai toujours la même éthique de travail : je mets autant de soin et de rigueur pour les cas les plus simples que pour les gros dossiers complexes. Par contre, quand je parle avec mes clients, je m’adapte à leurs besoins!

Certains clients vivent des situations difficiles: perte d’emploi, séparation, décès, maladie, difficultés financières.  Tout ça se réflète dans leurs déclarations d’impôts, c’est pour ça que comme préparatrice, ils doivent m’en parler.  Je suis toujours respectueuse de mes clients et de ce qu’ils vivent.  Je me rappelle d’une cliente qui semblait avoir honte d’avoir reçu de l’aide de dernier recours (ce qu’on appelle familièrement du bien-être social).  Pour moi, aucune situation n’est honteuse.  C’est la vie, tout simplement.  J’accueille mes clients et ce qu’ils vivent et je travaille pour eux, peu importe leur situation!

Que leur situation soit simple ou complexe, certains clients posent cent questions et c’est important pour moi d’y répondre. Même que j’adapte ma réponse selon que ce client s’intéresse juste aux concepts ou qu’il soit une personne de chiffres et veuille le détail de tous les calculs. Ce sont les impôts de mon client. C’est un devoir pour moi que tout ce qu’il veut savoir soit clair et bien expliqué!

Si un autre client veut juste savoir le résultat final et déteste les chiffres et la paperasse, je ne l’embêterai pas avec des explications à n’en plus finir, je me contenterai de l’essentiel. Par exemple, s’il a un choix à faire, je m’assure de lui expliquer les options et leurs conséquences.

Comme je travaille beaucoup à distance, la plupart de mes contacts avec mes clients se passent par téléphone ou par courriel. Dernièrement, une cliente m’a posé une question par courriel et tant qu’à rédiger une réponse, j’ai décidé d’en faire un billet* (en ligne bientôt!), pour avoir la réponse sous la main si je me fais poser cette question à nouveau et pour vous en faire profiter aussi. Si ça se reproduit avec d’autres questions, ça fera une belle série «Réponses aux questions des clients »!

Certains me diront, Lucie, si tu explique les impôts sur ton site, les gens vont préparer leurs déclarations eux-mêmes au lieu de t’engager! Je ne suis pas d’accord. Certains utiliseront peut-être cette information eux-mêmes, en effet; tant mieux pour eux! Par contre, d’autres décideront à partir de ces informations que ce n’est pas leur tasse et préféreront déléguer à une professionnelle (moi!).

En effet, il y a plusieurs raisons pour lesquelles des contribuables décident de ne pas préparer leurs déclarations eux-mêmes.

  • Certains détestent les chiffres, la paperasse et/ou l’informatique. Pour ces personnes, déléguer la préparation de leurs impôts va de soi!
  • Certains ne comprennent rien au langage de l’impôt ou aux sites des gouvernements et ont peur de se tromper ou de se faire avoir dans les détails.
  • Certains ont toujours préparés leurs impôts eux-mêmes dans le passé, mais vivent une nouvelle situation et ne savent pas comment traiter ça dans leurs rapports d’impôts; ça devient trop complexe à leur goût! Des exemples:
    • Des personnes nouvellement en couple ou qui viennent d’avoir un enfant; les frais de garde, entre autres, ont des règles assez délicates à suivre!
    • Quelqu’un qui doit déclarer pour la première fois de l’assurance-emploi ou des prestations de la CNESST
    • Des familles avec un étudiant au cégep ou à l’université qui veut transférer des montants à ses parents
    • Pour réclamer des frais de déménagement
    • Pour déclarer la vente de leur condo, maison ou immeuble
    • Pour des déclarations plus complexes avec du revenu de location ou d’entreprise (travail autonome).
  • Finalement, certains seraient pleinement capables… mais détestent ça ou n’ont juste pas le temps!

Plusieurs de ces personnes apprécieront un article qui les informe sur les impôts dans leur situation, mais n’auront pas plus envie de préparer leur déclaration eux-même…

Bienvenue parmi mes clients!


*Dans mes billets de questions des clients, les noms et détails sont modifiés pour préserver la confidentialité de mes clients.

 

Bientôt du nouveau!

Je travaille actuellement à mettre la touche de finition à ce site, qui traitera de différents sujets d’impôt sous forme d’articles de blogue. Quels sujets liés aux impôts aimeriez-vous que j’aborde dans un billet de blogue? Répondez en commentaire ou contactez-moi!