Impôts: Comment ne pas se faire avoir!

Dans mon dernier billet, je parlais du sentiment de se faire avoir qu’on a souvent en lien avec nos déclarations d’impôts. Aujourd’hui, je vous donne des conseils pour affronter ce sentiment désagréable et avoir confiance : comment ne pas se faire avoir?

Si vous faites vos impôts vous-même :

Sortez votre côté tronche! Assurez-vous d’avoir les connaissances pour les situations qui vous concernent. Par exemple, si vous avez des frais de garde à réclamer (en particulier s’il s’agit d’une place à contribution réduite avec paiement de la contribution supplémentaire dans votre déclaration)… Lisez sur les sites des gouvernements, dans des journaux grand public ou plus orientés économie et finances…  Et bien sûr, consultez ma section Ressources et mes articles!

Utilisez un logiciel pour éviter des erreurs de calcul et faciliter l’optimisation de plusieurs crédits.

Ne transmettez pas trop tôt. Attendez au moins la mi-mars pour transmettre, pour profiter de mises à jour du logiciel (autrement dit, laissez les autres découvrir les bogues à leurs dépens…). Mettez à jour le logiciel juste avant de transmettre.

Si vous êtes en couple ou si vous avez une famille, préparez vos déclarations en tant que famille dans le logiciel pour payer le moins possible ou maximiser votre remboursement. Se transférer des crédits entre conjoints ou d’un étudiant à ses parents, oui ça se fait à la main ou en utilisant séparément le logiciel, mais c’est fastidieux et ça augmente le risque d’erreur.

Re-sortez votre côté tronche! Côté mathématique cette fois! Révisez les rapports produits par les logiciels avant de les transmettre et vérifiez-en les chiffres : est-ce que ça correspond aux montants de vos feuillets (T4 et autres)?

Si vous n’êtes pas à l’aise avec une ou plusieurs de ces recommandations, il vaut peut-être mieux confier vos déclarations à des personnes qualifiées.  Contactez-moi pour un rendez-vous!
Avant de choisir un préparateur

Je vous conseille de vous renseigner à son sujet :

Vérifiez s’il a de la formation. S’il s’agit d’un comptable (CPA), ça va de soi; sinon, posez des questions!

Demandez un contrat écrit. S’il n’en fait pas, ça montre un manque de sérieux (voir mon billet sur les préparateurs qui s’improvisent).

Demandez qui pourra avoir accès à vos informations et comment votre préparateur protège votre confidentialité.

Demandez en partant le prix final, avec tous les frais (comme des frais de transmission électronique; je considère que ça devrait toujours être inclus dans le prix, mais certains préfèrent afficher un prix plus bas et ajouter des frais, pratique répandue dans plusieurs industries, malheureusement!) et les taxes. Pour les déclarations facturées selon le temps de travail (fréquent avec des déclarations de travail autonome, de revenus de location et plusieurs autres situations), vérifiez quel sera le tarif horaire.

Demandez le délai pour que vos déclarations soient prêtes; vous ne voulez pas dépasser les dates limites!

Enfin, posez des questions sur votre situation, sur les déductions que vous connaissez, sur des frais pour lesquels vous vous demandez s’ils sont déductibles ou non. Regardez votre déclaration terminée avant de signer les formulaires qui autorisent votre préparateur à transmettre aux gouvernements. Est-ce que le revenu total indiqué ressemble à ce que vous attendiez? Est-ce que le remboursement ou le solde à payer est différent des autres années? Demandez des explications si ce n’est pas le cas.

Un préparateur devrait toujours être capable de vous expliquer les résultats et ne devrait pas vous reprocher de poser des questions. Ce sont VOS déclarations!

Évidemment, je respecte tout ce que je préconise ici.  La transparence et le respect de mes clients sont intrinsèques à ma façon de travailler.
Voulez-vous travailler avec moi? Contactez-moi!

Avez-vous d’autres conseils à rajouter?  

Posted in Général and tagged , , , .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *